[LPDM] Niki de Saint-Phalle3 minutes de lecture

Publié par TeamPamplemousse le

Avant-gardiste, féministe et engagée, Niki de Saint-Phalle est une artiste passionnée qui s’est créée un monde aux multiples facettes…

French-American sculptor, painter, and filmmaker Niki de Saint Phalle with one of her pieces, 1983.

Un début de vie agité

De son nom de naissance, Catherine Marie-Agnès Fal de Saint-Phalle est née à Neuilly-sur-Seine et a tout de suite beaucoup voyagé. Alors qu’elle suit une éducation religieuse très stricte, Catherine est une enfant très agitée qui se fait renvoyer de nombreuses fois. Elle parvient toutefois à obtenir son baccalauréat et se marie par la suite, avant de mettre au monde son premier enfant à l’âge de 21 ans.

Née en 1930 dans une famille de la vieille noblesse française, son destin n’a rien d’excitant. C’est alors que l’idée du mariage lui vient à l’esprit, pour s’éloigner de sa famille. Niki épouse donc en cachette un ami de son frère et part s’installer à Boston. Après cela, elle met au monde sa fille Laura, retourne en France, part en Espagne où naît son fils Philip… Mais elle n’est pas heureuse. Plusieurs tentatives de suicide l’amènent à être internée dans un service psychiatrique de Nice, où elle commence alors à peindre.

Niki de Saint-Phalle, autoportrait

Niki de Saint-Phalle, “Autoportrait” (1958-1959)

Se faire un nom… en étant une femme

“Je ne sentais pas dans ce milieu d’hostilité du fait que j’étais une femme […] au contraire, j’étais encouragée par les nombreux camarades que j’ai rencontrés alors et qui, immédiatement, avaient adoré mes Tirs.”

Ayant été violée à l’âge de 12 ans par son père, puis manipulée par des hommes au début de sa vie d’adulte, Niki a tendance à se méfier des hommes et ressent une infériorité face à eux qu’elle vit difficilement.

C’est avec son oeuvre Monkey qu’elle parvient à se faire une place chez les nouveaux réalistes qui l’accueillent avec plaisir, et c’est à partir de là qu’elle se sent reconnue par ses pairs et commence à se réconcilier avec la gente masculine, majoritaire dans le monde de l’Art à cette époque.

 

La bande à Niki

Depuis la fin des années 1950, Niki de Saint-Phalle explore les diverses facettes de la femme. Mariée, femme venant d’accoucher, déesse… L’artiste s’attaque à la série des “Nanas” qui va mettre en avant la femme sous toutes ses coutures.

Les Trois Grâces, Niki de Saint-Phalle, Polyester peint, céramique, vitraux, miroirs

Les Trois Grâces sont un exemple parfait de sa collection. Ce sont les divinités du charme et de la beauté, soit l’un des plus anciens symbole de la féminité. Chez Niki, toutes les femmes sont unies. Son objectif est grand : dépasser l’homme en tout point ! Malheureusement, le chemin est encore long pour y parvenir…

 

En son temps, Niki de Saint-Phalle fut l’une des artistes les plus connue internationalement parlant. Beaucoup d’expositions lui sont dédiées, encore aujourd’hui, car il reste toujours à apprendre de la diversité et de la complexité de l’art de Niki.

– Mathilde LELONG


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *